Yoga

Préambule

Il n’est pas de notre compétence d’offrir des cours de yoga ! Le principal objectif de ces pages est plutôt de fournir aux praticiens des outils, en particulier linguistiques (prononciation, étymologie), pour mieux appréhender les multiples postures de cette vaste discipline. De nombreuses pages sont agrémentées d’histoires fabuleuses illustrant dans l’imaginaire indien la place de quelques divinités ou ascètes ayant donné leur nom à certaines postures. Des liens externes ou internes au site vous renvoient aussi à la riche mythologie hindoue, ainsi qu’à des contes et légendes.

Deux entrées1, qui renvoient toutes deux aux fiches détaillées, sont proposées :

Schéma des postures2

Glossaire

Remarques

Introduction3

Même si le but principal des āsanas est d’atteindre stabilité et confort corporel, leur nombre a considérablement augmenté au fil des siècles. Il en résulte la nécessité de les classer ; voici quelques critères de classifications, proposés dans les textes traditionnels de yoga :

  1. Position du corps
    1. Couché sur le dos (uttāna-āsana)
    2. Couché sur le ventre (nyubja-āsana)
    3. Assis (sthāna-āsana)
    4. Debout (utthita-āsana)
    5. À l’aide d’une corde (rajjvāsana = rajju + āsana)
    6. Exécuté alternativement de chaque côté (sūrya-candra-bheda)
  2. Nom des principales divinités
    1. Brahma, le Créateur (brāhma-āsana)
    2. Vishnu, qui conserve l’ordre de l’Univers (vaiṣṇava-āsana)
    3. Raudra, destructeur de l’Univers (raudra-āsana)
    4. Shakti, forces divines de Durga (śākta-āsana)
    5. Shiva, le Bienfaisant (śāiva-āsana)
    6. « Autosuffisant »4 (nirālamba-āsana)
  3. Variantes d’une même posture (exemples)
    1. baddha (bloqué) : baddha-padmāsana (posture en « lotus » verrouillée par les mains)
    2. Préfixes entraînant une variation de la posture
      1. utthita (debout) : padmāsana utthita-padmāsana (posture du « lotus » décollée du sol à l’aide des mains)
      2. supta (couché) : koṇāsana supta-koṇāsana (posture formant un angle avec les membres, en partant d’une position allongée)
  4. Écoles de yoga (exemples)
    1. vasiṣṭhādi5 (du sage Vasiṣṭha)
    2. mastyendrādi (du sage Mastyendra)
  5. Modification de la technique originale (exemples)
    1. « Simplification » d’une posture ; par exemple avec le préfixe ardha (moitié) : ardha-padmāsana, ardha-mastyendrāsana
    2. Autres modifications…
  6. Objectif visé
    1. Méditation
    2. Conditionnement physique
    3. Relaxation

La citation ci-dessous, extraite du Gheranda Samhita sous-tend que les āsanas pourraient être innombrables.

आसनानि समस्तानि यावन्तो जीवजन्तवः।
चतुरशीति लक्षाणि आसनानि कथितानि च॥
घेरण्डसंहिता-II.1
āsanāni samastāni yāvanto jīvajantavaḥ।
caturaśīti lakṣāṇi āsanāni kathitāni ca॥
gheraṇḍa-saṁhitā-II.1
Le nombre d’āsanas est égal au nombre d’espèces vivantes.
Le nombre d’āsanas a été rapporté à quatre-vingt-quatre lakhs6.

Le nombre d’espèces, que l’on dit être de 84 lakhs, ne doit pas être considéré comme le nombre réel d’āsanas, mais doit être pris au sens figuré. Il ressort clairement du fait qu’aucun texte décrivant un grand nombre d’āsanas n’est disponible. Lorsqu’un texte particulier s’engage à décrire un nombre limité d’āsanas, ce n’est que la limitation de ce texte. Peut-être que l’auteur du texte ne connaît pas plus de variétés d’āsanas ou peut-être qu’il ne donne pas plus d’importance aux āsanas que ceux qu’il a déjà répertoriés.

La citation mentionnée ci-dessus peut parfois laisser entendre que les āsanas ne portent que les noms de divers êtres animés (jīvajantavaḥ, espèces vivantes). Mais ce n’est pas vrai. On voit dans le schéma interactif ci-dessus que les āsanas portent également les noms de divinités, de demi-dieux et même d’objets inanimés.

Références principales7

Les ouvrages ayant servi de base à ce travail de compilation sont essentiellement :


1 Pour plus de commodité pour le lecteur non sanskritiste, tous les noms sont classés suivant notre alphabet romain, et non suivant l’alphabet devanagari. Chaque fiche comprend :
  • La prononciation et décomposition phonique
  • Une analyse linguistique détaillée
  • Une proposition de mots clefs
  • Le type physique de posture
  • La decription illustrée des variantes
  • Le cas échéant, quelques notions contextuelles (mythologie, histoires, etc.)
2 Ce schéma interactif est inspiré de celui de l’Encyclopaedia of Traditional Asanas (page xxxii).
3 Ce texte est la traduction de l’introduction de l’Encyclopaedia of Traditional Asanas (pages xxix à xxxiv). Le schéma interactif qui le précède en est la synthèse.
4 Renvoie au concept brahman, l’Entité suprême.
5 Le suffixe ādi, que l’on pourrait traduire en français par etc., renvoie aux pratiquants d’une même école.
6 Soit 8,4 millions, un lakh étant égal à 100 000.
7 L’onglet fournit une liste plus exhaustive de références.

Les ouvrages, sélectionnés pour leur notoriété et classés par date de parution, sont tous diponibles en librairie ou sur Internet. De très nombreuses autres sources (en anglais) sont disponibles sur .

Eighty-four Ǡsanas in Yoga, A survey of Traditions, Gudrun Bühnemann, Printworld, New Delhi, 2016 (en anglais)
2,100 Asanas: The Complete Yoga Poses, Daniel Lacerda, Black Dog & Leventhal, 2015
L’auteur met aussi à disposition de très nombreuses postures sur son site  
Le Yoga tantrique du Cachemire, Éric Baret, Les éditions du Relié, Paris, 2014
Encyclopaedia of Traditional Asanas, Manohar Laxman Gharote, The Lonavla Yoga Institute, 2013 (en anglais)
Gheranda Samhita, traduction et commentaires de Jean Papin, Paris, 2013
Aux sources du yoga, Jean Varenne, Paris, 1989
Gheranda Samhita, Srisa Chandra Vasu, 1979, Sanskrit-English
Philosophie du yoga, Paul Masson-Oursel, Presses Universitaires de France, Paris, 1976
Upanishads du yoga, traduction et commentaire Jean Varenne, Gallimard, Paris, 1971
Le Yoga tantrique — Sa métaphysique, ses pratiques (Lo Yoga della potenza, 1949), Julius Evola, traduction Gabrielle Robinet, Paris, 1971
Études expérimentales des techniques du yoga, Thérèse Brosse, Paris, 1963
Kundalinī-Yoga, Madhva Pandit, Madras, 1962
Le Yoga, immortalité et liberté, Mircea Eliade, Paris, 1954

Le (ou les) Yoga sūtra ou Yogasūtra (योगसूत्र), attribué à Patañjali, est un recueil de 195 aphorismes (sūtra), phrases brèves, laconiques, destinées à être facilement mémorisées. C’est la base du système philosophique appelé yoga. Cette œuvre, probablement rédigée ou compilée entre 200 av. J.-C. et 500 apr. J.-C., est le texte qui a codifié ou systématisé le yoga et sur lequel s’appuie le rāja yoga (yoga royal). Son influence sur la philosophie et sur la pratique du yoga est aussi forte aujourd’hui que lorsqu’elle a été écrite.

Version bilingue commentée (en anglais)
Patañjali-caritam, Mahadevan Jayaranam, 2012 (sanskrit-anglais)
Patanjali, les Yoga-Sûtras, Sylvianne Legrand, 2010
Patañjali Yoga Sūtras, Sanskrit text with Transliteration, Translation & Commentary, by Swami Vivekananda1 (en anglais)
Yoga-Sūtras, traduction sous la direction de Françoise Mazet, Albin Michel, collection « Spiritualiés », 1991
Patañjali et le yoga, Mircea Eliade, Éditions du Seuil, collection « Maîtres spirituels », Paris, 1962
The Yoga-Sūtras translated (commentaire de Vyāsa, de Mishra et de Bhoja), James Haughton Woods, Cambridge (Massachusetts), 1914 (en anglais)

1 On trouve sur l’ensemble des œuvres de ce philosophe (traduites en anglais), disciple de Sri Ramakrishna (voir ) et mort jeune (12 janvier 1863 — 4 juillet 1902). Il fut l’un des inspirateurs de l’indépendance de l’Inde. Voir aussi .
Magie et médecine, Jean Filliozat, Paris, 1952
Dictionnaire Héritage du Sanscrit, Gérard Huet, 1994-2022
Nouveau dictionnaire de la civilisation indienne, sous la direction de Louis Frédéric, Robert Laffont, 2018
L’Hindouisme (recueil de textes), Anne-Marie Esnoul, Paris, 1973
La Puissance du serpent (The Serpent Power, 1924), Arthur Avalon, traduction de Charles Vachot, Lyon-Paris, 1958

Sūrya Namaskār