Neglected Poems

Gulzar
Neglected Poems

Quelques informations sur Gulzar :

Gulzar Online
Wikipedia Version française
Version anglaise, beaucoup plus détaillée
IMDb Sa filmographie (en anglais)

Extrait de sa bibliographie

  • Recueils de poèmes
    • raat pashmine ki, 2002
    • kharashein. radhakrishna prakashan, 2003
    • Triveni, 2005
    • Autumn Moon, 2006
    • kuchh aur nazmein. radhakrishna prakashan, 2008
    • pandrah panch pachhattar (recueil de ses premiers poèmes), 2010
    • Selected Poems, 2012
    • Silences, 2012 (traduction en anglais de poèmes originaux publiés en 1994)
    • Neglected Poems, 2013
    • meelon se din, 2013
    • Green Poems, 2014
    • Pluto, 2015
    • baaghbaan (le jardinier) : traduction de poèmes de Rabindranath Tagore, 2016
    • nindiya chor (le croissant de lune) : traduction de poèmes de Rabindranath Tagore, 2016
    • Suspected Poems, 2017
  • Recueils de nouvelles
    • raavi paar, 1999
    • raavi paar and Other Stories, 2006
    • Half a Rupee Stories, 2013
  • Jeunesse
    • Magical Wishes: the Adventures of Goopy & Bagha, 2010
    • My Favourite Stories: Bosky’s Panchatantra (histoires du Pañchatantra racontées pour les enfants), 2013
    • 100 Best Poems for Children, 2015
    • Hindi for Heart (abécédaire pour enfants), 2014
  • Recueils de scripts et chansons de films
    • Triveni (compilation de poèmes, chansons, dialogues de films), 2001
    • raat pashmine ki (compilation de poèmes, chansons, dialogues et films), 2002
    • meera. radhakrishna prakashan, 2004
    • pukhraj (compilation de poèmes, chansons, dialogues et films), 2005
    • 100 Lyrics, 2009
    • Another 100 Lyrics, 2016
  • Autres écrits
    • parwaaz, 2004
    • Mirza Ghalib: A Biographical Scenario (biographie du célèbre poète), 2006
    • Heads and Tales: aandhi and hu tu tu (histoire combinée de deux films de Gulzar), 2014
    • Footprints on Zero Line: Writings on the Partition (collection d’écrits de fiction, d’histoires réelles et de poèmes sur la Partition de l’Inde en 1947), 2017
    • yaar julahe, 2017

Remarques sur la langue utilisée par Gulzar

Gulzar est né en 1936 à Deena, dans la région de Jhelum (alors district de l’Inde Britannique, désormais intégré au Pakistan), 11 ans avant la Partition de l’Inde.

Ses origines le conduisent à pratiquer une langue très souple, adaptée à son propos poétique (scansion, couleur…), issue du hindustānī1.

Avec la montée des tensions politico-religieuses au XXème siècle, le hindī fait l’objet en Inde d’une politique de sanskritisation artificielle, avec le remplacement, chaque fois que possible, d’un mot persan par son équivalent sanskrit. L’exercice est périlleux, car la notation phonétique pose des questions d’orthographe, certains sons ourdous étant absents du hindī. Parallèlement, l’urdū fait l’objet au Pakistan d’une « re-persanisation » de la langue et une élimination des termes sanskrits.

La présente traduction est basée sur l’édition en devanāgarī du recueil de poèmes Green Poems. L’édition bilingue hindī-anglais tente de transcrire les phonèmes empruntés au vocabulaire arabo persan en y ajoutant des signes diacritiques. En effet, on note dans ces poèmes qu’un même mot peut être orthographié de plusieurs manières différentes : par exemple आसमान āsamāna ou आसमां āsamāṁ (آسماں) « ciel », poème 2. Dans la présente édition bilingue hindī-français, nous avons respecté ces nuances, grâce à un dialogue étroit avec l’auteur. Elle traduit sa volonté d’adapter l’orthographe, et donc la prononciation, à son objectif poétique.

1 Par commodité de langage, on appelle le hindustānī le tronc commun du hindī et de l’urdū. Rappelons que l’urdū se note en alphabet arabo-persan (naskh ou nasta‘līq) et le hindī en devanāgarī.