Dix stances célèbres

Écoutez ces 10 stances, récitées en sanskrit par Jyoti Garin.

subhāṣitāni Stances célèbres
Traduction : Jean-Marie Casanova, Sophie-Lucile Daloz, Annette Mouret, Danièle Sevrette
kākaḥ kṛṣṇa pikaḥ kṛṣṇa ko bheda pikakākayoḥ।
vasantasamayaprāpte kākaḥ kākaḥ pikaḥ pikaḥ॥1॥
Le corbeau est noir, le coucou est noir, quelle est leur différence ?
Quand vient le printemps1, un corbeau est un corbeau, un coucou est un coucou. (1)
haṁsaḥ śvetaḥ bakaḥ śvetaḥ ko bheda bakahaṁsayoḥ।
nīrakṣīravivekastu haṁso haṁsaḥ bako bakaḥ॥2॥
Le cygne est blanc, le héron est blanc, quelle est leur différence ?
Quand il faut séparer l’eau du lait, un cygne est un cygne, un héron est un héron. (2)
mātā śatruḥ pitā vairī yena bālo na pāṭhitaḥ।
na śobhate sabhā madhye haṁsamadhye bako yathā॥3॥
La mère est une ennemie, le père, un adversaire pour l’enfant qu’ils n’instruisent pas :
Il ne brillera pas dans une assemblée tel le héron parmi les cygnes. (3)
vidyā dadāti vinayaṁ vinayādyāti pātratām।
pātratvād dhanamāpnoti dhanāddharmaḥ tataḥ sukham॥4॥
La connaissance conduit à l’humilité, l’humilité à la compétence,
La compétence conduit à l’épanouissement, l’épanouissement au dharma, et de lui vient le bonheur. (4)
abhivādana śīlasya nityaṁ vṛddhopasevinaḥ।
catvāri tasya vardhante āyurvidyā yaśo balam॥5॥
Celui qui vénère et assiste avec constance les aïeuls
Voit s’accroître quatre qualités : longévité, connaissance, gloire et puissance. (5)
ayaṁ nijo paroveti gaṇanā laghucetasām।
udāracaritānām tu vasudhaiva kuṭuṁbakam॥6॥
« Cela est mien, cela est tien », voilà le calcul de ceux qui ont l’esprit mesquin,
Mais pour les cœurs généreux, la terre entière est leur maison. (6)
udyamenaiva sidhyanti kāryāṇi na manorathaiḥ।
nahi suptasya siṁhasya praviśanti mukhe mṛgāḥ॥7॥
Seul l’effort permet de réaliser l’ouvrage, la pensée n’y suffit pas :
Les gazelles ne viennent pas d’elles-mêmes se jeter dans la gueule du lion endormi. (7)
ekaḥ īśaḥ pitā asmākamekaiva jananī dharā।
sādara praṇamāmaḥ tau vayaṁ sarve sahodarāḥ॥8॥
Le seigneur est notre unique père, la terre notre unique mère,
Nous tous, leurs enfants, les saluons avec respect. (8)
namāmi īśvaraṁ prātaḥ namāmi janakaṁ tathā।
namāmi jananīṁ pūjyāṁ namāmi śikṣakān tathā॥9॥
Comme je salue le Seigneur à l’aube, je salue mon père,
Comme je salue ma mère adorée, je salue mes maîtres. (9)
tvameva mātā ca pitā tvameva, tvameva bandhuśca sakhā tvameva।
tvameva vidyā draviṇaṁ tvameva, tvameva sarva mama deva deva॥10॥
Tu es la mère et Tu es le père, Tu es le parent et Tu es l’ami,
Tu es connaissance et Tu es richesse, Tu es le tout, ô mon Dieu ! (10)
1 C’est la saison où l’on peut entendre leurs chants.