Krishna tue Shishupala à l’aide de son disque.

Māgha
शिशुपालवधम्

 

 

 

 

 

 

Sylvain Brocquet fait une présentation de ce texte à double sens :

शिशुपालवधम् Introduction
damaghoṣa-sutena kaścana pratiśiṣṭaḥ pratibhānavān atha।
upagamya hariṃ sadasy adaḥ sphuṭa-bhinnārtham udāharad vacaḥ॥1॥
Le fils de Damaghoṣa dépêcha un messager plein d’éloquence,
Qui, s’approchant de Hari, lui tint devant l’assemblée ce discours au double sens évident :
Sens A : acte de soumission Śiśupālavadham Sens B : déclaration de guerre
Traduction : Sylvain Brocquet     Traduction : Sylvain Brocquet
Après avoir prononcé ces paroles hostiles, Śiśupāla conçut un extrême repentir :
Plein d’amitié à votre égard, il souhaite venir vous honorer, vous qui êtes irrité.
abhidhāya tadā tad apriyaṃ śiśupālo ‘nuśayaṃ paraṃ gataḥ।
bhavato ‘bhimanāḥ samīhate saruṣaḥ kartum upetya mānanām॥2॥
Après avoir prononcé ces paroles hostiles, Śiśupāla conçut une haine immense :
Le cœur exempt de crainte, il souhaite venir vous rendre l’hommage aux morts, à vous qui êtes irrité.
Plein d’affection, puisse-t-il atteindre une joie sans fin, en t’embrassant violemment de ses membres tout frissonnants,
Toi dont le corps connaîtra ainsi en chacune de ses fibres une profonde félicité !
vipulena nipīḍya nirdayaṃ mudam āyātu nitāntam unmanāḥ।
pracurādhigatāṅga-nirvṛtiṃ paritas tvāṃ khalu vigraheṇa saḥ॥3॥
Plein d’excitation, puisse-t-il atteindre une joie infinie, en t’écrasant sans pitié au cours d’un combat gigantesque :
un tourment profond chassera toute félicité de ta personne !
Mon roi viendra, en compagnie de tous les maîtres de la terre, inclinant le chef,
Promptement obéir à tes ordres, car à présent il t’est soumis.
praṇataḥ śirasā kariṣyate sakalair etya samaṃ dharādhipaiḥ।
tava śāsanam āśu bhūpatiḥ paravān adya yatas tvayaiva saḥ॥4॥
Lui devant qui tous les maîtres de la terre ensemble inclinent le chef, mon roi
Viendra t’infliger un prompt châtiment, car tu es à présent son seul ennemi !
Devant toi qui possèdes la splendeur du feu et du soleil, qui sais contenir les mouvements de ton cœur, qui agis de façon appropriée,
Devant toi à qui tous sont soumis, quels sont les souverains qui ne s’inclinent point ?
adhivahnipataṅgatejaso niyatasvāntasamarthakarmaṇaḥ।
tava sarvavidheyavartinaḥ praṇatiṃ bibhrati kena bhūbhṛtaḥ॥5॥
Devant toi qui possèdes la force d’un moucheron pris par le feu, dont les actes signifient la fin certaine,
Et qui à tous es soumis, pourquoi les souverains s’inclineraient-ils ?
Puisque tu te dévoues, d’un cœur ignorant la crainte, à l’humanité que ses ennemis oppriment,
Tes vertus, ô Kṛṣṇa qu’on ne saurait comparer aux hommes, ne se peuvent dénombrer !
janatāṃ bhayaśūnyadhīḥ parair abhibhūtām avalambase yataḥ।
tava kṛṣṇa guṇās tato narair asamānasya dadhaty agaṇyatām॥6॥
Puisque tu t’attaches, toi dont la peur anéantit l’intelligence, à une existence que les autres méprisent,
Tes vertus, ô noir personnage qu’on ne saurait comparer aux hommes, ne comptent pour rien !
Non dépourvu de pudeur, fuyant le péché, ayant vaincu sa peur, éloigné de l’incroyance,
Montrant de la retenue : où y a-t-il un autre homme aussi vertueux, aussi dénué d’arrogance que toi ?
ahitād anapatrapas trasannatimātrojjhita-bhīr anāstikaḥ।
vinayopahitas tvayā kutaḥ sadṛśo ‘nyoguṇavān avismayaḥ॥7॥
Impudique, redoutant l’ennemi, ne mettant fin à sa crainte que par la soumission, incroyant,
Montrant de l’absence de retenue, où y a-t-il un autre homme aussi dénué de vertu, aussi arrogant que toi ?
Tu es un objet d’amour pour les femmes des pasteurs, tu as occis Vṛṣa, tu as réduit l’empire du péché :
C’est à juste titre qu’aujourd’hui les hommes décrivent ton attaque contre le terrible enfer Naraka !
kṛtagopavadhūrater ghnato vṛṣam ugre narake ‘pi saṃprati।
pratipattir adhaḥkṛtainaso janatābhis tava sādhu varṇyate॥8॥
Tu prends ton plaisir auprès des femmes des pasteurs, tu détruis la justice jusque dans le terrible enfer Naraka :
C’est à juste titre qu’aujourd’hui les hommes évoquent la bassesse de tes conquêtes, toi qui accomplis le mal !
Honoré par mon roi, avec tes armées semant la terreur parmi tes ennemis,
Suivi par ton serviteur, demeure bien au-dessus des autres souverains, fussent-ils puissants !
vihitāpacitir mahībhṛtā dviṣatām āhitasādhvaso balaiḥ।
bhava sānucaras tvam uccakair mahatām apy upari kṣamābhṛtām॥9॥
Subissant la vengeance de mon roi, terrifié par les armées de tes ennemis,
Erre sur les pentes des montagnes, fussent-elles élevées !
Puissent dans tes cités les rues devenir inaccessibles, parce qu’envahies par un cortège d’éléphants
Pareils à des nuées, nés dans la forêt – ceux de race mṛga et les autres !
ghanajālanibhair durāsadāḥ parito nāgakadambakais tava।
nagareṣu bhavantu vīthayaḥ parikīrṇā vanajair mṛgādibhiḥ॥10॥
Puissent dans tes cités les rues devenir inaccessibles, parce qu’envahies par une multitude de serpents
Pareille à un filet aux mailles serrées, de gazelles et d’autres animaux de la forêt !
Abandonné de toute sa bravoure, voyant une constante infortune empêcher sa prospérité de croître,
Affligé d’une perpétuelle anxiété, privé de son gouvernement : que tel soit ton ennemi, à toi au cœur plein d’exaltation et de courage !
sakalāpihitasvapauruṣo niyatavyāpadavardhitodayaḥ।
ripur unnatadhīracetasaḥ satatavyādhir anītir astu te॥11॥
Sans rien perdre de sa bravoure, voyant, parce que la malchance ne cesse de le fuir, sa prospérité inentamée,
L’esprit plein d’exaltation, jamais anxieux, loin de toute calamité : que tel soit ton ennemi, à toi privé de raison !
Mettant dans tes yeux le charme du lotus épanoui, grâce au Caidya avec lequel tu as trouvé un accord,
Ô taureau des Yadu, c’est un vin nouveau, accompagné de liqueurs, que par amicale affection on boira dans ta demeure !
vikacotpalacārulocanas tava caidyena ghaṭām upeyuṣaḥ।
yadupuṅgava bandhusauhṛdāt tvayi pātā sasuro navāsavaḥ॥12॥
Avec ses beaux yeux pareils à des lotus épanouis, dans ta rencontre avec le Caidya,
Ô taureau des Yadu, Vāsava lui-même, accompagné des dieux, agissant par affection fraternelle pour toi, ne pourra te protéger !
Précédé d’Ānakadundubhi, accompagné de Bala, flanqué de Sāraṇa,
Escorté de Gada, daigne aller au devant de celui qui dans l’assemblée s’approche avec impatience !
calitānakadundubhiḥ puraḥ sabalas tvaṃ sahasāraṇena tam।
samitau rabhasād upāgataṃ sagadaḥ saṃpratipattum arhasi॥13॥
Faisant en avant battre tambourins et tambours, accompagné de ton armée, en une bataille impétueuse
Daigne au combat affronter, massue en main, celui qui attaque fougueusement !
Rencontrant aujourd’hui Śiśupāla qui dans les combats anéantit ses ennemis,
Puisses-tu vivre longtemps, entouré de tous les fils de Satvata, redonnant confiance à tes femmes !
samareṣu ripūn vinighnatā śiśupālena sametya saṃprati।
suciraṃ saha sarvasātvatair bhava viśvastavilāsinījanaḥ॥14॥
Au combat aujourd’hui rencontrant Śiśupāla qui anéantit ses ennemis,
Puisses-tu être pour toujours, de même que tous les fils de Satvata, celui dont les femmes sont des veuves !
Toi qui as surmonté ta colère, qui es honoré parmi les grands rois, qui as vaincu maintes fois dans les combats,
Puisse ce souverain, heureux, avec plaisir te voir devant lui !
vijita-krudham īkṣatām asau mahatāṃ tvāmahitaṃ mahībhṛtām।
asakṛj jita-saṃyataṃ puro muditaḥ sapramadaṃ mahīpatiḥ॥15॥
Toi l’ennemi des grands rois, puisse-t-il te voir maintes fois devant lui vaincu et captif,
Ayant renoncé à ta colère – toi et tes épouses – cet heureux souverain !