Glossaire

adbhuta le merveilleux, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
ādi-tāla cycle rythmique de 8 temps (mātrā) en 3 sections, voir aussi chempata-tāla
āhārya costume, maquillage et décor
akṣara-kāla cycle rythmique de 4 temps (mātrā)
ambālāvāsī caste la plus élevée des serviteurs du temple
aṅga subdivision d’un rythme (tāla) ; il y en a 3 :
  • léger (laghu) : une frappe de l’instrument et un comptage avec les doigts
  • accompagné (druta) : une frappe et une onde
  • court (anudruta) : une frappe
āṅgikā sentiment exprimé par le mouvement du corps ou la gestuelle
anna-prāśanam initiation à la nourriture, premier repas d’un enfant avec du riz, rituel (saṃskāra) effectué au sixième mois
antara (ou svalpantara) svara oublié
anudātta note grave ; non élevé (ton), absence d’accent, atonie
anu-drutam une brève ; rythme court (une frappe de l’instrument)
D. Appukuttan Nair fondateur de l’École Margi de kathakali et kūṭiyāṭṭaṁ à Trivandrum, indéfectible défenseur d’une tradition authentique de l’interprétation des arts classiques ; ingénieur de formation, D. Appukuttan Nair est à l’origine de la construction de deux Kūttampalaṁs : le Kerala Kalamandalaṁ de Thrissur et le Kalakṣetra de Chennai ; il fut aussi membre du comité exécutif du Sangeet Natak Akademi, New-Delhi et conseiller du Gouvernement du Kerala pour les Affaires Culturelles ; il vécut de 1924 à 1994
araṅgeṭraṁ première représentation (mot tamoul)
arthābhinaya mouvements détaillés qui évoquent le sens des mots prononcés
ārya peuple qui vécut dans la plaine indo-gangétique et qui émigra d’Asie centrale en āryāvarta ; il est dit issu de l’ancêtre mythique Puru
āṭṭaprakāram manuel de base, de date incertaine, qui traite en détail des mouvements, gestes, mode de récitation, etc.
aṭṭa-tāla (ou aṭa-tāla, atantha-tāla) cycle rythmique de 14 temps (mātra) en quatre sections (aṅga)
Bāṇa célèbre musicien cité par P.K. Narayanan Naṁbyār
Bharata auteur du Nāṭya-śāstra (traité de théâtre), il aurait vécu entre le IIe et le IIIe siècle avant J.-C.
bhāva état d’esprit, émotion, disposition
bhayānaka l’effroyable, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
bībhatsa l’odieux, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
Brahmā dieu de la trinité hindoue avec Śiva et Viṣṇu
brahmacārin qui fait ses études religieuses ; chaste, continent ; étudiant brahmanique, jeune brahmane célibataire ; le vermillon (sindūra) est son symbole
cākyār acteur appartenant à la troupe attachée au temple
cakṣuṣā par le regard
candra la lune, nom d’une des deux faces du tambour iṭakka
carnatique qualifie la musique de l’Inde du Sud
catuśra-jāti section (aṅga) de 4 temps
catura-dravya 4 matières, sections (aṅga)
caulam rituel (saṃskāra) de la tonsure d’un enfant
Chennai capitale du Tamil Nadou, anciennement Madras
chempata-tāla āditāla de la musique carnatique, cycle rythmique de 8 temps (mātrā) en 3 sections (aṅga)
ḍamaru tambour que l’on rencontre dans toute l’Inde ; petit tambour de danse, qu’on tient d’une main ; attribut de Śiva-Naṭarāja évoquant le son primordial de la création de l’univers
deva-dāsī jeune fille du temple, considérée comme la gardienne des arts du théâtre et de la danse devant le dieu
deva-vādyam instrument divin
dhīrodātta les grands héros ou les nobles personnes
dhruva-tāla cycle rythmique de 14 temps (mātrā) en 4 sections
druta rapide
drutam 2 brèves
eka-tāla cycle rythmique en 1 section, avec un nombre de temps (mātra) variable, le plus souvent 4 temps
Gaṇapati épithète de Gaṇeśa, le seigneur du Gaṇa, dieu du savoir et du succès
garbhādhānam création de la vie dans l’utérus, rite (saṃskāra) de la fertilité
guru maître
hāsya le comique, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
hindoustanie qualifie la musique de l’Inde du Nord
homa sacrifice, oblation
idiophone instrument dont le corps produit le son
Ilango Adigal prince ascète tamoul qui vécut au IIe siècle, auteur du Roman de l’Anneau (śilappatikāram)
iṭakka (ou iḍakka, iṭekka, eḍakka) tambour membranophone
jāta-karmaṇ une des cérémonies exécutées à la naissance d’un garçon
Jaṭāyu le vautour Jaṭāyu est fils d’Aruṇa et de Śyenī ; pariant sur sa vitesse avec son frère aîné Sampāti, il vola vers le soleil et se brûla les ailes ; Sampāti vola plus haut que lui pour le protéger, ses ailes brûlèrent, et il tomba sur le mont Vindhya ; dans le Rāmayana Jaṭāyu combattit Rāvaṇa qui venait de s’emparer de Sītā, mais ce dernier lui coupa les ailes ; Jaṭāyu tombé à terre invoqua Rāma avant de mourir, pour l’informer du rapt de Sītā
jāti « classe », mot qui indique le nombre de temps du laghu
jhampā-tāla cycle rythmique de 10 temps (mātrā) en 2 sections pour P.K. Narayanan Naṁbyār ou en 3 sections pour L.S. Rajagopalan
jīvātman l’âme humaine, nom de l’une des deux cordes du tambour iṭakka
kalā nom des 64 pompons du tambour iṭakka qui représentent les 64 arts1 :
  1. Art du chant (gītā)
  2. Art du jeu instrumental (vādya)
  3. Art de la pantomime (nṛtya)
  4. Art du théâtre et de la danse (nāṭya)
  5. Art de la peinture (ālekhya)
  6. Art de l’ornement du visage par un tilaka (marque au front) (viśeṣaka-cchedya)
  7. Art de décorer avec des fleurs et des grains de riz (taṇḍula-kusuma-vali-(b)vikāra)
  8. Arrangement de jonchées de fleurs (puṣpa-āstaraṇa)
  9. Coloration des dents et des vêtements, décoration du corps (daśana-vasana-aṅgarāga)
  10. Art de la confection de mosaïques avec des pierres précieuses (maṇi-bhūmikā-karma)
  11. Préparation de la couche (śayana-racana)
  12. Musique exécutée en frappant des bols remplis d’eau (udaka-vādya)
  13. Jeu de bataille dans l’eau (udaka-ghāta)
  14. Art de mélanger les couleurs (citra-yoga)
  15. Art de la confection des guirlandes (mālya-grathana-vikalpa)
  16. Arrangement de diadèmes et de chapelets (keśa-śekhara-āpīḍa-yojana)
  17. Art de la toilette (nepathya-prayoga)
  18. Ornement et parfum des oreilles (karṅa-pattra-bhaṇga)
  19. Préparation et usage du parfum ((su)gandha-yukti)
  20. Art de la parure (bhūṣana-yojana)
  21. Art de la magie, de l’illusionnisme, de la sorcellerie ((indra) aindra-jāla)
  22. Art du déguisement (kaucumāra- yoga)
  23. Prestidigitation (hasta-lāghava)
  24. Art de préparer des nourritures variées (citra-śāka-pūpa-bhakṣya-vikāra-kryā)
  25. Art de préparer les boissons (pānaka-rasa-rāgāsava-yojana)
  26. Art des travaux de couture et du tissage (sūcī-vāna-karman)
  27. Art des marionnettes (sūtra-krīḍā)
  28. Jeu de la vīṇā (sorte de luth indien) et du tambourin (vīṇā-ḍamaru-vādya)
    1. Art des devinettes (prahelikā)
    2. Art de réciter les vers à rebours ou selon d’autres arrangements (pratimālā)
  29. Art du jeu de mots (durvacaka-yoga)
  30. Art de la lecture (pustaka-vācana)
  31. Le théâtre et les contes (nāṭakākhyāyikā-darśana)
  32. Jeu de complétion de poèmes (kāvya-samasyā-pūraṇa)
  33. Art du tissage d’étoffes et tressage de joncs (paṭṭikā-vetra-bāṇa-vikalpa)
  34. Art du filage (tarku-karman)
  35. Art de la menuiserie (takṣaṇa)
  36. L’architecture (vāstu-vidyā)
  37. Appréciation de l’argent et des pierres précieuses (rau(ū)pya-ratna-parīkṣā)
  38. Art de la métallurgie et de l’alchimie (dhātu-vāda)
  39. Connaissance des couleurs et des lieux d’origine des pierres précieuses (maṇī-rāgā-(ākara)-jñāna)
  40. Art de la minéralogie (ākara-jñāna)
  41. Pratique de l’horticulture (traitement par les herbes) (vṛkṣa-āyurveda-yoga)
  42. Organisation de combat d’animaux (meṣa-kukkuṭa-lāvaka-yuddha-vidhi)
  43. Art d’apprendre à parler aux perroquets et aux mainates (śuka-sārikā-pralāpana)
  44. Art de guérir ou de nettoyer une personne avec du parfum (utsādana)
  45. Art de tresser les cheveux (keśa-mārjana-kauśala)
  46. Art de parler avec ses doigts (akṣara-muṣṭikā-kathana)
  47. Connaissance des langues étrangères (mlecchita(ka)-vikalpa)
  48. Compréhension des parlers régionaux (deśa-bhāṣā-vijñāna)
  49. Arrangement d’un chariot de fleurs (puṣpa-śakaṭikā-nimitta-jñāna)
  50. Art de faire des prédictions par une voix céleste, association de syllabes mystiques à un yantra, (diagramme mystique) (yantra-mātṛkā)
  51. Mnémotechnique (dhāraṇa-mātṛkā)
  52. Art de la conversation (saṃvācya)
  53. Art de composer des vers mentalement (manasi kāvya-kriyā)
  54. Arrangement d’un ouvrage avec des figures de rhétoriques (kriyā-vikalpa)
  55. Art de jouer des tours de magie (chalitaka-yoga)
  56. Art de la lexicographie et de la métrique (abhidhāna-kośa-cchando-jñāna)
  57. Art de dissimuler dans ses vêtements (vastra-gopana)
  58. Connaissance des jeux de hasard (dyūta-viṣeśa)
  59. Le jeu de dés (ākarṣa(ṇa)-krīḍā)
  60. Art des jeux d’enfants (bāla(ka)-krīḍanaka)
  61. Connaissance de la discipline militaire (vainayikī-vidyā)
  62. Connaissance de la stratégie qui apporte la victoire (vaijayikī-vidyā)
  63. Connaissance de l’un des 64 arts (art de réveiller le maître avec de la musique le matin) (vaitālika-vidyā)

1 En rouge : varations d’écriture de Monier-Williams
   En bleu : varation d’écriture de Gérard Huet
   En blanc : double signification donnée par Wikipedia (Monier-Willams ne la donne pas comme un kalā)

kāla-maṇḍalam centre majeur d’apprentissage dans le domaine des arts du spectacle, notamment développé dans le Kerala, reconnu maintenant comme université
kannassaramayanam traduction du Rāmāyaṇa en langue malayalam, faite par des poètes du XIVe siècle
karuṇā le pathétique, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
kathakali autre théâtre de l’Inde du Sud, de création plus récente que le kūṭiyāṭṭaṁ (XVIIe siècle)
Kerala État de l’Inde du Sud
khaṇḍa-cāpu cycle rythmique de 5 temps divisé en 2+3 temps (mātra)
khaṇḍa-jāti 5 temps (mātra)
kompa trompette
krama-dīpikā manuel de base, de date incertaine, qui décrit l’organisation et la production du spectacle, l’utilisation des costumes, etc.
kṛṣṇa-nāṭṭaṁ théâtre rituel dansé du Kerala
kulal (ou kurum kulal) pipeau ou chalumeau
Kulaśekhara Varmaṇ roi du Kerala qui vécut au IXe siècle
kulittālaṁ (ou tāla-kūṭṭaṁ) 2 petites cymbales
kūṭiyāṭṭaṁ kūṭi – ensemble et āṭṭaṁ – interpréter, mot de langue malayalam
kūttaṁbalaṁ théâtre attaché au temple, réservé à la représentation du kūṭiyaṭṭaṁ
kuzhal sorte de hautbois à anche double
laghu léger ; seul le laghu a un nombre de temps (mātra) variable
lakṣmī-tāla cycle rythmique non précisé pour l’envol et les sauts de Jaṭāyu
lāsya danse des courtisanes de temples ; genre littéraire, alternant le saṃskṛta et le prākṛta
mādhavī danseuse du temple, considérée comme la gardienne des arts du théâtre et de la danse devant le dieu
madhya moyen
malayalam langue du Kerala
Mammaṭa Bhatta rhétoricien kashmiri qui vécut au XIe siècle, auteur d’un traité de poétique sanskrit : Splendeur de la Poésie (kāvya-prakāśa)
Māṇi Mādhava Cākyār considéré comme le plus grand acteur de kūṭiyāṭṭaṁ des temps modernes (1899-1990), il fut récompensé par de nombreux prix ; il est l’auteur d’un livre sur le kūṭiyāṭṭaṁ en langue malayalam
mātrā temps, mesure
mela ensemble instrumental
membranophone instrument de musique comportant 1 ou 2 membranes tendues sur une cavité, un cadre ou l’orifice d’un tube et vibrant par percussion, frottement ou insufflation d’air
milāvaṇa caisse dans laquelle est placé le milāvu
miḻāvu tambour membranophone
miśra-cāpu cycle rythmique de 7 temps (mātrā) divisé en 3+4 temps
mohinī-aṭṭāṁ danse de l’Enchanteresse, danse du Kerala
mṛdaṅga autre nom utilisé pour le milāvu
mudrā position symbolique de la main (ayant une signification précise) ; attitude corporelle
mukha-vīṇā luth à bouche, sorte de hautbois de l’Inde du Sud
mula (ou kuṭa-mula) instrument identique ou au moins ressemblant au milāvu noté dans le Roman de l’Anneau du prince Ilango Adigal
nāda-brāhman son sacré
nāga-svaraṁ sorte de hautbois à anche double
nāma-karaṇam le don du nom au nouveau-né, rituel (saṃskāra)
Nambudiri caste des brâhmanes du Kerala
naṁbyār musicien appartenant à la troupe attachée au temple
Nandikeśvara grand théoricien de l’Inde ancienne, il aurait vécu au IIe siècle avant J.-C., auteur de l’abhinaya-darpaṇa, (réflexion sur la gestuelle) ; il est considéré comme le seigneur des instruments à percussion
naṅgyār (ou nanyar, naniyar) actrice ou musicienne, appartenant à la troupe attachée au temple
Narayaṅan Naṁbyār P.K. né en 1927, il est le fils de Māni Mādhava Cākyār, musicien connu pour sa virtuosité sur le miḻāvu ; il fut récompensé par de nombreux prix
nāṭya-prāsāda temple consacré à la représentation théâtrale
Nāṭya-śāstra traité du théâtre attribué à Bharata
nepathya-gṛha loge où s’habillent les artistes
nirañjana pur, propice
om manifestation primordiale du verbe
Painkulam Rāma Cākyār artiste de scène réputé (1904-1980) ; dès 1949 il interpréta le kūṭiyāṭṭaṁ hors du théâtre attaché au temple (kūttaṁbalaṁ)
pañcari-tāla cycle rythmique de 6 temps (mātrā)
pañca-vādya ensemble de 5 instruments
pāṇi-vāda « joué avec les mains », autre nom des naṁbyār
pann nom des rāga en langue tamoule
param-ātman l’esprit suprême, nom d’une des 2 cordes du tambour iṭakka
Paulose K.G. universitaire réputé né en 1946, spécialisé dans l’aire des esthétiques comparatives, le Nāṭya-śāstra, le théâtre ancien et le kūṭiyāṭṭaṁ ; il organise des ateliers sur le kūṭiyāṭṭaṁ
piñjara cage, nom de la caisse dans laquelle est placé le tambour allongé miḻāvu
praṇava mantra son sacré (« bourdonnement »), syllabe sacrée om
prasanna-pūja culte ou hommage aux dieux pour attirer leur faveur
puṁ-savanam puṁsa homme, mâle, être humain et savana prière, rituel (saṃskāra) pour protéger et renforcer la vie de l’embryon dans la matrice
rāga mode mélodique ; couleur, couleur rouge, émotion qui colore
Rajagopalan L.S. autorité pour le théâtre traditionnel et la musique du Kerala (1922-2008), particulièrement pour le kūṭiyāṭṭaṁ ; il contribua à l’entrée du kūṭiyāṭṭaṁ dans l’Oxford Encyclopaedia of Theatre and Performance parue en 2003
rākṣasa démon ; ogre-vampire du rakṣas ; les rākṣasā descendent de Nirṛti ; ces géants errent la nuit dans les lieux déserts, ils ont des formes terrifiantes, des crocs pointus et la langue pendante ; ils mangent la chair crue ; leur chef est Rāvaṇa ; leur direction préférée est l’Ouest ; ils guettent les fautes d’exécution dans les rites des mortels
rasa expérience artistique évoquant une émotion ; la culture indienne compte 9 rasa :
  • śṛṅgāra : l’érotique
  • hāsya : le comique
  • karuṇā : le pathétique
  • raudra : la fureur
  • vīra : l’héroïque
  • bhayānaka : l’effroyable
  • bībhatsa : l’odieux
  • adbhuta : le merveilleux
  • śānti : le paisible
raudra la fureur, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
ṛgveda recueil d’hymnes sacrés ; le ṛgveda ou Veda des strophes, texte le plus ancien du Veda, est composé de 1017 stances (1028 en incluant les hymnes apocryphes (vālakhilya)) ; il est organisé en 10 recueils (maṇḍala) ou alternativement en 8 chapitres (adhyāya) ; il est transmis par deux recensions (śākhā) majeures : la recension padapāṭha de Vidagdha Śākalya comprend l’aitareya brāhmaṇa ; la recension saṃhitā-pāṭha de Bāṣkala comprend les hymnes supplémentaires khilāni et le kauṣītaki brāhmaṇa
śakti pouvoir, puissance, force ; principe divin féminin (opp. vahni); en mythologie Śakti « la Force » (de Śiva), est la Déesse suprême, épithète de Durgā dans son aspect d’énergie cosmique
sama-caturaśra carré (sama régulier ; catur-aśra, quatre-angles : quadrangulaire)
sañcāri bhāva circulation des sentiments ; qui circule, qui marche, mobile ; qui se propage, qui passe de l’un à l’autre ; contagieux
saṅgīta-ratnākara ouvrage traitant du musique de Śarṅgadeva
śaṅkha (ou śaṅkhu) conque
śānti le paisible, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
śarīraṁ corps ; nom du cylindre central de l’iṭakka
Śarṅgadeva musicologue indien ayant vécu au XIVe siècle
śāstra traité ; les six trous de l’iṭakka représentent les six traités (śāstra)
śahanāī sorte de hautbois de l’Inde du Nord
śilappatikāram Roman de l’Anneau du prince Ilango Adigal, écrit en langue tamoule
sīmantonnayanam (ou sīmanta-unnayanam) rite de la partition des cheveux par une raie ; pour P.K. Narayanan Naṁbyār, c’est le rite qui sensibilise le fœtus aux sons de l’univers
Śiva dieu de la trinité hindoue avec Brāhma et Viṣṇu ; śiva-nāga est le serpent sacré de Śiva, nom de la lanière de l’iṭakka
śloka strophe, stance héroïque (not. distique de deux hémistiches, formant 4 pādās de 8 pieds) ; son invention est attribuée à Vālmīki ; unité de longueur de texte, valant 32 syllabes
sopāna escalier, marches, échelle ; ici, escalier sacré du lieu principal d’un temple
śṛṅgāra l’érotique, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
śruti division de l’octave, quart de ton ; on en énumère 22, personnifiées comme des nymphes ; en littérature, la parole révélée (opposé à smṛti, le corpus des textes traditionnels)
sthāyi-bhāva stable, persistant, durable ; opiniâtre ; condition de l’esprit
sūrya le soleil ; nom de l’une des deux faces de l’iṭakka
svara note de musique ; noms de svara : śrīkaṇṭhi, toṇḍu, puranīr, kaiśiki, indala, bhinna-pañcama, duḥkha-ghandara, muḍḍa, ārta, tarka, vīratarka, korakkuruñji, muralindala, veladhūlī, ghaṭṭantari, ceṭī-pañcama, antari, śrīkāmara, paurālī, muraḷīndala, vīra-pañcama, dāṇa, varāti, vimalā, antara (svalpantara)
svarita note médiane par opposition aux notes graves (anudātta) et aigües (udātta)
tāla cycle rythmique ; noms de cycles ryhthmiques : eka-tāla, tripuṭa-tāla, dhruva-tāla, chempaṭa-tāla, aṭṭa-tāla, jhampā-tāla, lakṣmī-tāla, pañcari-tāla, madhya-tāla et malla-tāla
tāla-kūṭṭaṁ (ou kulittālaṁ) petite cymbale
tāla-prasthāna (ou tālaprastāra) recueil définissant les règles de la musique instrumentale
tamoul langue du Tamil Nadu, État de l’Inde du Sud
tāṇḍava danse cosmique de Śiva
tantra-samuccaya bréviaire tantrique, manuel de rituel du XIVe siècle utilisé au Kerala
tantri personne qui accorde le miḻāvu
thampā-tāla voir jhampā-tāla
thayambaka art sacré de la percussion pratiqué pour chasser les démons
thimila (ou timila, thimala) tambour en forme de sablier
tiśra-jāti section de trois de temps
trayāśra (tri-āśra, trois-angles) triangulaire
tripuṭa-tāla cycle rythmique de 7 temps (mātrā) divisé en 3 sections
udātta note aigüe par opposition aux notes graves (anudātta) et médianes (svarita)
upanāyana (ou upanayana) initiation, offrande de l’enfant au maître pour être initié ; investiture du cordon sacré (upavīta), un saṃskāra des 3 premières castes (varṇa) ; cette cérémonie confère au garçon la dignité de dvija ; pour un brahmane, le rite doit être célébré dans la huitième année suivant sa conception
upavīta ceint du cordon brahmanique, l’initié
vācika (ou vācikābhinaya) communication, expression orale
varāti svara oublié, cf. Painkulam Rama Cākyār
Vasudevan Nambudiripad K. comme érudit, et auteur, il fit beaucoup pour diffuser, expliquer et faire apprécier les arts traditionnels du Kerala ; quand Painkulam Rama Cākyār décida de présenter le kūṭiyāṭṭaṁ hors du temple, Vasudevan Nambudiripad le soutint ; il est décédé à l’âge de 90 ans
veda connaissance, science ; parole sacrée, connaissance révélée ; nom propre du Veda ou « Savoir », ensemble de textes sacrés comprenant le Ṛgveda, le Sāmaveda, les deux Yajurveda et l’Atharvaveda ; ici, nom des barillets de l’iṭakka
vidūṣaka bouffon, personnage burlesque
vikṛtaṁ-caturaśra rectangulaire (= carré déformé) ; voir caturaśra
vilambita tempo lent
vimalā svara oublié, cf. Painkulam Rama Cākyār
vīra l’héroïque, l’un des 9 modes artistiques (rasa)
Viṣṇu dieu de la trinité hindoue avec Brahmā et Śiva
yajña prière, offrande ; acte sacré, sacrifice ; cérémonie d’offrande d’un fidèle (yajamāna) effectuée par un prêtre, selon le rite du sacrifice védique
yajur-veda recueil de formules rituelles (yajus) du 3e Veda ; on distingue le yajurveda blanc (śukla) et le yajurveda noir (kṛṣṇa)