Javed Akhtar
Javed Akhtar

Javed Akhtar
eka mohare kā safara

Consultez le site consacré à Javed Aktar.

Poème extrait du recueil tarkash (carquois), publié pour la première fois en ourdou en 1995.

eka mohare kā safara Le voyage d’un pion
Javed Akhtar Traduction : Francine de Perczynski
jaba vo kama umra kā hī thā
usane ye jāna liyā thā ki agara jīnā hai
baṛī cālākī se jīnā hogā
ā(n)kha kī ākhirī hada taka hai bisāte-hastī
aura vo māmūlī-sā ika moharā hai।
eka ika khānā bahuta soca ke calanā hogā
bāzī āsāna na hogī
ḍūra taka cāroṁ tarafa phaile the
mohare
jallāda
nihāyata saffāka
sakhta berahama
bahuta hī cālāka
apane kabze meṁ liye
pūrī bisāta
usake hisse meṁ faqata māta liye
Quand il était encore très jeune,
Il avait appris que pour rester en vie
Alors il faut être très rusé.
L’échiquier s’étend aussi loin que porte le regard
Et lui, il n’est qu’un simple pion.
Il doit se déplacer de case en case après avoir mûrement réfléchi.
Pour lui, la partie n’était pas facile…
En tout lieu, de tous les côtés, étaient déployés
Des pions,
Sans-cœur,
Terriblement assoiffés de sang,
Durs, impitoyables,
Et vraiment pleins de ruse,
Contrôlant
L’échiquier tout entier
Avec pour unique intention : lui infliger comme sort « échec et mat ».
vo jidhara jātā
use milatā thā
hara nayā khānā naī ghāta liye
vo magara bacatā rahā
calatā rahā
eka ghara
dūsarā ghara
tīsarā ghara
pāsa āyā kabhī auroṁ ke
kabhī dūra huā
vo magara bacatā rahā
calatā rahā
go ki māmūlī sā moharā thā magara jīta gayā
yū(n) ika roza baṛā moharā banā
aba vo mahafūza hai ika khāne meṁ
itanā mahafūza ki duśmana to alaga
dosta bhī pāsa nahīṁ ā sakate
Dans tous ses déplacements
Il rencontrait
Une nouvelle case qui marquait un nouveau guet-apens
Mais il survécut,
Progressa
Une maison,
Une seconde maison
Une troisième maison.
Parfois, il s’approchait des autres,
Parfois, il s’en éloignait
Mais il survécut,
Progressa.
Bien qu’il ne fût qu’un simple pion, il l’emporta
Puis un jour, il devint un pion adulte.
Depuis, il est protégé à l’intérieur d’une case
Si protégé que, sans parler de ses ennemis
Même ses amis ne peuvent l’approcher.
usake ika hātha meṁ hai jīta usakī
dūsare hātha meṁ tanahāī hai।
Dans une main, il y a la victoire
Dans l’autre, c’est la solitude.