Javed Akhtar
Javed Akhtar

Javed Akhtar
merī duā hai

Consultez le site consacré à Javed Aktar.

Poème extrait du recueil tarkash (carquois), publié pour la première fois en ourdou en 1995.

merī duā hai C’est ma prière…
Javed Akhtar Traduction : Sakina Safy et Jyoti Garin
khalā ke gahare samaṃdaroṃ meṃ
agara kahīṃ koī hai jazīrā
jahāṁ koī sāṁsa le rahā hai
jahāṁ koī dila dhaṛaka rahā hai
jahāṁ zahānata ne ilma kā jāma pī liyā hai
jahāṁ ke bāsī
khalā ke gahare samaṃdaroṃ meṃ
utārane ko haiṃ apane beṛe
talāśa karane koī jazīrā
jahāṁ koī sāṁsa le rahā
hai jahāṁ koī dila dhaṛaka rahā hai
Dans les profonds océans de l’espace,
Si quelque part, il y a une île
Où quelqu’un respire,
Où un cœur bat,
Où l’intelligence a bu dans la coupe de la connaissance…
Que ces habitants-là,
Dans les profonds océans de l’espace,
Larguent les amarres
Pour aller explorer d’autres îles…
Là où quelqu’un respire,
Où un cœur bat.
merī duā hai
ki usa jazīre meṃ rahanevaloṃ ke jisma kā raṃga
isa jazīre ke rahanevaloṃ ke jisma ke jitane raṃga haiṃ
unase mukhtalfa ho
badana kī haiata bhī mukhtalifa
aura śaklosūruata bhī mukhtalifa ho
C’est ma prière
Que la couleur de peau des habitants de cette île,
De toutes les couleurs de peau des habitants de mon île
Soit différente.
Que l’aspect de leur corps
Ainsi que la forme de leur visage soient différents.
merī duā hai
agara hai unakā bhī koī mazahaba
to isa jazīre ke mazahaboṃ se vo mukhtalifa ho
C’est ma prière
Que s’ils ont une quelconque croyance,
Alors, que cette croyance, de toutes les croyances de mon île, soit différente.
merī duā hai
ki isa jazīre kī saba zabānoṃ se mukhtalfa ho
zabāna unakī
C’est ma prière
Que de toutes les langues de mon île,
Leur langue soit différente.
merī duā hai
khalā ke gahare samaṃdaroṃ se guzara ke
eka dina
usa ajanabī nasla ke jahāzī
khalāī beṛe meṃ
isa jazīre taka āeṁ
hama unake mezabāṁ hoṃ
hama unako hairata se dekhate hoṃ
vo pāsa ākara
hameṃ iśāroṃ se ye batāeṃ
ki unase hama itane mukhtalfa haiṃ
ki unako lagatā haiṃ
C’est ma prière
Qu’après avoir traversé le profond océan de l’espace,
Un jour,
Que les navigateurs de cette race inconnue,
Dans leur bateau cosmique
Accostent sur mon île.
Que nous soyons leurs hôtes,
Nous les regardions avec émoi.
S’approchant de nous,
Qu’ils nous disent par signes
Combien nous sommes différents d’eux.
Combien il leur semble
isa jazīre ke ahanevāle
saba eka se haiṃ
Que les habitants de mon île
Tous se ressemblent.
merī duā hai
ki isa jazīre ke rahanevale
usa ajanabī nasla ke kahe kā yaqīna kara leṃ.
C’est ma prière
Que les habitants de mon île
Croient ce que leur dit cette race inconnue.