Sampooran Singh Gulzar
Sampooran Singh Gulzar

Sampooran Singh Gulzar
nau sālā farāza kā kahanā hai…

Quelques informations sur Gulzar :

Ce poème est extrait du recueil (bilingue hindi-anglais) : Neglected Poems

nau sālā farāza kā kahanā hai… Paroles d’un déserteur de 9 ans…
Sampooran Singh Gulzar Traduction : Francine de Perczynski
baṛā hone lagā thā
phira khayāla āyā ki ruka jāū(n)
jo pānī pī rahā hū(n) maiṁ vo gadalā hai
havā bhī bāsī lagatī hai
saṛaka pe chā(n)va rahatī thī
use bhī ṭukaṛā-ṭukaṛā kāṭa ke saba le gaye kaba ke
maiṁ ghara āyā to ṭī vī meṁ dhuā(n) dekhā
kahīṁ pe ṭrena jalatī thī
kisī ne basa jalā dī thī
gharoṁ ko jalate-girate dekha kara ghara se nikala āyā
Comme je commençais à grandir, il me vint à l’esprit
Que je devrais m’arrêter…
L’eau que je bois est boueuse,
L’air que respire aussi se révèle vicié !…
L’ombre qui caressait la route,
Elle aussi a été déchiquetée, lambeau par lambeau, emportée par les gens il y a bien longtemps !
Quand je suis rentré chez moi, j’ai vu la fumée sur l’écran de la télévision
Par ici, un train en flammes,
Là, quelqu’un avait mis le feu à un bus.
Témoin de maisons incendiées, démolies, je suis sorti de chez moi.
agara ādhī sadī se āpa hī kahiye
yahī saba cala rahā hai to
isī meṁ āpakā bacapana gayā hogā
isī meṁ maiṁ baṛā hūṁgā
to phira kitanā zarūrī hai baṛā honā!
Vous le voyez bien, si tout cela perdure
Depuis un demi-siècle, alors
Quel a dû être le berceau de votre enfance !
Je vais grandir parmi tout cela ;
Alors, est-ce vraiment indispensable de grandir ?