Krishna Baldev Vaid

Krishna Baldev Vaid
kahate haiṁ jisako pyāra

Quelques références utiles :

pātra Personnages
Akhila
Sujātā
Gītā
Sumita
Dhīrū
Akhil
Soudjata
Guita
Soumit
Dhirou
kahate haiṁ jisako pyāra Ce qu’on appelle l’amour
Krishna Baldev Vaid Traduction : Muriel Calvet et Jyoti Garin
[eka profesara ke ghara kī baiṭhaka jisameṁ baiṭhane ke bajāya khaṛe rahanā zyādā āsāna lagatā hai। ṣujātā khaṛī banda daravāze kī rarafa dekha rahī hai। usī daravāze ko dhīre se dhakelakara kisī anāṛī cora kī taraha andara ātā hai to khila uṭhatī hai।] [Un salon chez un professeur où il est plus facile de rester debout que de s’asseoir. Debout, Soudjata regarde vers la porte fermée. Doucement Akhil pousse cette porte et entre comme un voleur, et aussitôt, Soudjata rayonne de joie.]
Sujātā āja āpa kucha jaldī ā gae। Soudjata Tu es venu bien tôt aujourd’hui !
Akhila gītā ne jaldī āne ko kahā thā। Akhil Guita m’a demandé de venir tôt.
Sujātā kyoṁ ? Soudjata Pourquoi ?
Akhila kyā patā ! Akhil Qu’est-ce que j’en sais !
Sujātā śādī ke liye dabāva ḍālanā cāhatī hogī। Soudjata Elle doit vouloir faire pression sur toi pour le mariage.
Akhila mujhe bhī yahī khatarā hai। Akhil C’est bien ce que je crains.
Sujātā taba to āpako dera se ānā cāhiye thā। Soudjata Alors tu aurais dû venir tard.
Akhila taba to mujhe ānā hī nahīṁ cāhiye thā। Akhil Alors je n’aurais pas dû venir du tout.
Sujātā phira āe kyoṁ ? Soudjata Alors pourquoi es-tu venu ?
Akhila kyoṁki tumhārī dīdī kā ādeśa thā। Akhil Parce que c’était l’ordre de ta sœur.
Sujātā agara abhī yaha hāla hai to śādī ke bāda kyā hogā ! Soudjata Si c’est comme ça maintenant, qu’est-ce que ce sera après le mariage !
Akhila yahī soca-socakara sahamatā rahatā hū(n)। Akhil À chaque fois que j’y pense, ça me rend malade.
Sujātā mujhe āpa para dayā ātī hai। Soudjata Tu me fais pitié !
Akhila aura kucha nahīṁ ? Akhil Et rien d’autre ?
Sujātā aura bahuta kucha bhī ātā hai lekina kyā fāyadā usa sabakā jaba āpane dīdī ke sāmane ghuṭane ṭeka hī diye। Soudjata Et beaucoup d’autres choses, mais à quoi bon tout cela puisque Monsieur est déjà à genoux devant ma sœur.
Akhila mujhe bulākara vaha ġāyaba hai। kahā(n) gaī ? Akhil Elle m’a fait venir et puis elle a disparu. Où est-elle allée ?
Sujātā dhīrū dā ke sātha। Soudjata Avec Dhirou.
Akhila dhīrū dā kyā hara vaqta yahīṁ jame rahate haiṁ ? Akhil Dhirou a pris racine ici ?
Sujātā unase āpako koī khatarā nahīṁ honā cāhiye। Soudjata Tu n’as rien à craindre de lui.
Akhila to kisase honā cāhiye ? Akhil Alors de qui ?
Sujātā apane āpa se। aura sumita se। Soudjata De toi-même. Et de Soumit.
Akhila sumita se ? Akhil Soumit ?
Sujātā hā(n), sumita se। Soudjata Oui, Soumit.
Akhila to kyā vaha bhī yahīṁ jamā rahatā hai ? Akhil Alors, comme ça, lui aussi a pris racine ici ?
Sujātā jamā to nahīṁ rahatā lekina jaba ātā hai dīdī jhūma uṭhatī haiṁ। Soudjata Il n’a pas pris raine ici, mais quand il vient, ma sœur se met à rayonner de plaisir.
Akhila aksara ātā hai ? Akhil Il vient souvent ?
Sujātā aksara to khaira āpa hī āte haiṁ। isīliye to maiṁne kahā sabase baṛā khatarāa āpako apane āpa se hī honā cāhiye। Soudjata En fait, il n’y a que toi qui viens souvent. C’est pour ça que je dis que le plus grand danger pour toi, c’est bien toi-même.
Akhila vaha to hai hī। aura vaha hara inasāna ko honā cāhiye, kyoṁki apanā sabase baṛā duśmana vaha khuda hotā hai। Akhil Ça, c’est bien vrai. Et c’est tout à fait vrai pour chaque être humain, parce que le plus grand de tous les ennemis pour chacun, c’est soi-même.
Sujātā auroṁ kā mujhe patā nahīṁ, āpa to haiṁ। Soudjata Pour les autres, je ne sais pas, mais pour toi, oui.
Akhila tumhāre mu(n)ha se apanī burāī sunakara mujhe burā kyoṁ nahīṁ lagatā ? Akhil Quand c’est de ta bouche que j’entends mes défauts, je ne le prends pas mal. Je me demande bien pourquoi.
Sujātā kabhī ārāma se sociye isa bāta para। Soudjata Un jour, pense tranquillement à tout ça.
Akhila ārāma se to aba kisī bhī bāta para soca nahīṁ pātā। Akhil En ce moment, je n’arrive pas à penser tranquillement à quoi que ce soit.
Sujātā āpakā ye lācārī kā poza mujhe to acchā hī lagatā hai, dīdī ko bilkula nahīṁ। Soudjata Quand tu poses au malheureux, moi j’aime bien. Ma sœur, pas du tout.
Akhila gītā ko to śāyada hī merī koī bāta yā ādata yā harakata acchī lagatī ho। Akhil Je me demande même s’il y a quelque chose en moi, dans ce que je suis ou dans ce que je fais, que Guita aime.
Sujātā agara yaha saca hai to vaha āpase śādī karane para kyoṁ tulī huī hai ? Soudjata Si c’est vrai, pourquoi est-elle décidée à t’épouser ?
Akhila kāśa ki mujhe mālūma hotā ! Akhil Si seulement je le savais !
Sujātā mujhe hai। Soudjata Moi, je le sais.
Akhila batāo to ! Akhil Alors dis-le !
Sujātā batā dū(n) ? Soudjata Que je le dise ?
Akhila hā(n) hā(n)। Akhil Oui, oui.
Sujātā kyoṁki use khatarā hai ki āpa mujhase ulajha jāeṁge yā mujhe ulajhā leṁge āpane sātha। Soudjata Parce qu’elle a peur que tu me prennes dans tes filets ou que moi je te prenne dans mes filets.
Akhila yaha khatarā to mujhe bhī hai। Akhil Moi aussi, j’en ai peur.
Sujātā mujhe to khaira hai hī। Soudjata Ça, moi aussi.
Akhila merā khayāla thā tumheṁ koī khatarā nahīṁ। Akhil Je pensais qu’il n’y avait aucun danger pour toi.
Sujātā dīdī āpako khonā nahīṁ cāhatī। Soudjata Ma sœur ne veut pas te perdre.
Akhila kabhī-kabhī to mujhe lagatā hai jaise vaha mujhe khā jānā cahatī ho। Akhil Parfois j’ai même l’impression qu’elle veut me manger tout cru.
[vaqfā] [Silence]
Sujātā to āpa kaha kyoṁ nahīṁ dete sāfa-sāfa ki āpa abhī khā liye jāne ke liye taiyāra nahīṁ। Soudjata Alors pourquoi tu ne dis pas clairement que tu n’es pas prêt à être mangé tout cru ?
Akhila aisī bāteṁ tumhārī dīdī se nahīṁ kahī jā sakatīṁ। Akhil Ces choses-là, on ne peut pas les dire à ta sœur.
Sujātā maiṁ jānatī hū(n) isīliye to hairāna hotī hū(n) ki āpa kyoṁ śādī kara rahe haiṁ usase। Soudjata Je sais, c’est bien pour ça que je suis surprise que tu l’épouses.
Akhila kahā(n) kara rahā hū(n) ! abhī to ṭāla hī rahā hū(n)। Akhil Comment ça, je l’épouse ! Pour le moment, je repousse.
Sujātā sāfa inakāra kyoṁ nahīṁ kara dete ? Soudjata Pourquoi tu ne refuses pas clairement ?
Akhila tuma kyoṁ cāhatī ho ki sāfa inakāra kara dū(n) ? Akhil Pourquoi veux-tu que je refuse clairement ?
Sujātā kyoṁki maiṁ āpako cāhatī hū(n)। Soudjata Parce que tu me plais.
[vaqfā] [Silence]
hairāna hone kī zarūrata nahīṁ। Inutile d’être surpris.
Akhila maiṁ hairāna nahīṁ huā। Akhil Je ne suis pas surpris.
Sujātā ḍarane kī zarūrarata bhī nahīṁ। maiṁ dīdī ko nahīṁ batāū(n)gī।Hairaana hone kii zaruurata nahīṁ। Soudjata Inutile d’avoir peur, non plus. Je ne le dirai pas à ma sœur.
vaha jānatī hai। zarūra jānatī hogī lekina mānatī nahīṁ mānegī nahīṁ। Mais oui, elle doit le savoir, mais elle ne l’accepte pas et elle ne l’acceptera pas.
Akhila kyoṁ nahīṁ ? Akhil Pourquoi pas ?
Sujātā kyoṁki vaha āpako khonā nahīṁ cāhatī। āura usake liye vaha yaha zarūrī samajhatī hai ki mujhe lekara vaha āpase sīdhī yā sāfa bāta na kare। Soudjata Parce qu’elle ne veut pas te perdre, et pour ça, elle juge nécessaire de ne pas parler ouvertement de moi avec toi.
Akhila lekina vaha mujhe khonā kyoṁ nahīṁ cāhatī ? Akhil Mais pourquoi est-ce qu’elle ne veut pas me perdre ?
Sujātā kyoṁki vaha āpako khā jānā cāhatī hai। Soudjata Parce qu’elle veut te manger tout cru.
Akhila lekina mujhe kyoṁ ? aura kisīko kyoṁ nahīṁ ? dhīrū ko kyoṁ nahīṁ ? sumita ko kyoṁ nahīṁ ? Akhil Mais pourquoi moi ? Pourquoi pas quelqu’un d’autre ? Pourquoi pas Dhirou ? Pourquoi pas Soumit ?
Sujātā dhīrū dā ko vaha kho cukī hai। āpa jānate to haiṁ ki dhīrū dā apanī bīvī bimalā para jāna dete haiṁ। Soudjata Dhirou, elle l’a déjà perdu. Tu sais bien que Dhirou donnerait sa vie pour sa femme, Bimala.
Akhila mujhe dhīrū dā ke bāre meṁ zyādā mālūma nahīṁ। Akhil Je ne sais pas grand-chose sur Dhirou.
Sujātā kaha diyā na ki dhīrū dā se aba āpako koī khatarā nahīṁ honā cāhiye - matalaba koī ummida nahīṁ honī cāhiye। Soudjata Dhirou, elle l’a déjà perdu. Tu sais bien que Dhirou donnerait sa vie pour sa femme, Bimala.
[donoṁ ha(n)sate haiṁ।] [Les deux rient.]