L’empereur Akbar et son vizir Birbal
मेहरबान

tambākū aura gadhā Le tabac et l’âne
  Traduction : Véronique Pollot
bīrabala ko taṁbākū khāne kā śauka thā, kiṁtu bādaśāha akabara ko yaha pasaṁda na thā। eka dina bādaśāha akabara tathā bīrabala saira kara rahe the। vahīṁ eka gadhā bhī cara rahā thā। carate-carate vaha gadhā tambākū ke paudhoṁ ko sū(n)ghakara vāpasa ghāsa kī tarafa ā gayā। yaha dekhakara bādaśāha akabara ne bīrabala para vyaṁgya kasā – “dekho bīrabala gadhe bhī tambākū nahīṁ khāte।” Birbal aimait chiquer le tabac, mais l’Empereur Akbar n’aimait pas cela. Un jour, l’Empereur Akbar et Birbal étaient en train de se promener (dans le pré). À cet endroit aussi, un âne était en train de brouter. Tout en broutant, l’âne se dirigea vers un champ de tabac, et après avoir reniflé les plants de tabac, s’en retourna en direction du pré. Voyant cela, l’Empereur dit à Birbal sur un ton ironique : « Regarde Birbal, l’âne non plus ne chique pas de tabac ! »
“jī huzūra, āpa sahī kaha rahe haiṁ, gadhe hī tambākū nahīṁ khāte।” bīrabala ne palaṭakara javāba diyā to bādaśaha akabara niruttara ho gae। En se retournant, Birbal répondit : « En effet, vous avez raison, Votre Altesse, seul l’âne ne chique pas de tabac ! » L’Empereur Akbar en resta bouche bée.