L’empereur Akbar et son vizir Birbal
bāraha meṁ cāra nikale to…

bāraha meṁ cāra nikale to… Si on retranchait 4 de 12, alors…
  Traduction : Véronique Pollot
Akabara ne apane darabāriyoṃ se savāla kiyā - “bāraha meṃ cāra nikala gae, kyā bacā?” Akbar posa le problème suivant à ses sujets : « Si on retranchait 4 de 12, que resterait-il ? »
sabhī darabāriyoṃ ne ekamata hokara kahā - “jahāṃpanāha āṭha bace।” Après concertation, tous les sujets, unanimes, dirent : « Ô Protecteur du monde, il reste 8. »
bādaśāha Akabara isa javāba se sahamata na the। unheṃ ummīda thī ki isakā javāba Bīrabala se hī milegā, ve hasarata bharī nazaroṃ se bīrabala ko dekhane lage। L’empereur Akbar fut en désaccord avec cette réponse. Il espérait que seul Birbal trouverait la réponse à cette question. Il commença à regarder Birbal, en attente.
Bīrabala ne kahā - “jahāṃpanāha, bāraha meṃ se cāra nikalane para kucha nahīṃ bacā।” Birbal dit : « Ô Protecteur du monde, si on retranche 4 de 12, il ne reste rien. »
“vaha kaise?” Akabara ne pūchā। « Comment cela ? » demanda Akbar.
“huzūra, eka varṣa meṃ bāraha māha hote haiṃ aura inameṃ cāra māha garmī ke, cāra sardī ke tathā cāra barasāta ke hote haiṃ। yadi inameṃ se barasāta ke cāra māha nikāla die jāeṃ to kucha bhī nahīṃ bacegā। kyoṃki barasāta na hone se pānī nahīṃ milegā… pānī nahīṃ hogā to khetī sūkha jāegī… aura taba bacane ko raha kyā jāegā?” « Votre Excellence, dans une année, il y a 12 mois, dont 4 mois d’été, 4 mois d’hiver et 4 mois de mousson. Si on retranchait les 4 mois de mousson, alors il ne resterait rien. Car, sans pluie, pas d’eau… sans eau, l’agriculture souffrira de sécheresse… alors que restera-t-il enfin ?
Bīrabala ke javāba se prasanna ho gae bādaśāha Akabara। La réponse de Birbal plut à l’Empereur Akbar.