L’empereur Akbar et son vizir Birbal
bīrabala kī khoja

bīrabala kī khoja À la recherche de Birbal
  Traduction : Isabelle Terilli, Laure Terilli et Véronique Pollot
darabāriyoṁ kī cugalakhorī se pareśāna hokara bīrabala ajñātavāsa para calā gayā। bādaśāha akabara ne usakī bahuta khoja karavāī kintu nahīṁ milā। unheṁ itanā to yakīna thā ki vaha āsapāsa ke kisī gā(n)va meṁ chipakara raha rahā hai। kintu kahā(n)… yaha patā nahīṁ cala pā rahā thā। Excédé par la médisance des courtisans, Birbal s’exila dans une résidence secrète. L’Empereur Akbar fit faire de nombreuses recherches, mais ce dernier resta introuvable. En tout cas, il était persuadé que Birbal vivait caché dans un village des environs, mais où…? Cela, il n’arrivait pas à le découvrir.
bīrabala ke khoja ke liye bādaśāha akabara ko eka tarkība sūjhī, unheṁ mālūma thā ki bīrabala ko usakī buddhimānī se hī khojā jā sakatā hai। ataḥ unhoṁne apane rājya ke sabhī gā(n)voṁ ke paṁcāyatī sadasyoṁ ko ādeśa diyā ke ve eka niścita dina ādhī dhūpa aura ādhī cha(n)va ke sātha yamunā ghāṭa ke pāsa upasthita hoṁ anyathā una para jurmānā lagegā। Pour débusquer Birbal, l’Empereur Akbar eut une idée : il savait qu’il pouvait retrouver Birbal par son intelligence même. C’est pourquoi il donna l’ordre aux membres des Conseils de tous les villages de son royaume de se présenter, en un jour donné, avec le ‘demi-soleil’ et avec la ‘demi-shadow’, près de la rive de la Yamuna, sous peine d’amende.
sabhī ga(n)voṁ ke pratinidhi niścita dina niścita sthāna para paṁhuca gae kintu bādaśāha ke ādeśa kā pālana kevala gokulapurā gā(n)va paṁcāyata ke sadasya hī kara sake, kyoṁki ve loga sira para khāṭa rakhakara vahā(n) upasthita the jisake kāraṇa ve ādhī dhūpa aura ādhī chā(n)va ke sātha upasthita the। bādaśāha samajha gae ki bīrabala gokulapurā meṁ hī hai।unhoṁne tasallī ke liye gokulapurā meṁ eka nayā ādeśa bheja diyā ki mahala ke kuṁe ne gokulapurā gā(n)va ke kuṁoṁ ko apanī śāhī dāvata meṁ āmaṁtrita kiyā hai, ataḥ usa gā(n)va ke smasta kuṁe dāvata meṁ hāzira hoṁ। Tous les représentants de tous les villages rejoignirent l’endroit convenu, mais seuls les membres des Pantchâyates1 du village de Gokoulpoura purent exécuter l’ordre de l’empereur, car leurs lits de corde posés sur la tête, ils arrivèrent avec le ‘demi-soleil’ et la ‘demi-shadow’ ! L’Empereur Akbar comprit que Birbal se trouvait certainement à Gokoulpoura. Pour s’en assurer, il envoya un nouvel ordre à Gokoulpoura : les puits du village de Gokoulpoura sont invités par le puits du palais aux festivités impériales. Ainsi, que tous les puits de ce village se présentent au banquet.
usa saṁdeśa ke javāba meṁ rājadarabāra meṁ bhī gā(n)va kī ora se saṁdeśa paṁhucā gā(n)va ke sabhī kuṁe mahala ke kuṁoṁ ke āmaṁtraṇa para khuśa haiṁ, kintu ve cāhate haiṁ ki mahala kā kuṁā svayaṁ ākara unheṁ āmaṁtrita kare, tabhī ve dāvata meṁ upasthita hoṁge। En réponse à ce message, à la cour de l’empereur, en provenance du village, un message arriva aussi. « Tous les puits du village sont heureux de l’invitation des puits du palais, mais ils souhaitent qu’un puits du palais, en personne, vienne les inviter, alors ils assisteront au festin. »
yaha saṁdeśa milate hī bādaśāha akabara ko yakīna ho gayā ki bīrabala gokulapurā meṁ hī hai। ve vahā(n) gae aura paṁcāyata ke logoṁ se milakara patā kiyā ki unheṁ yaha rāya kisane dī।unakī madada se bādaśāha bīrabala taka paṁhuca gae aura use gele lagākara bole – « bīrabala, tuma kahīṁ bhī chipa jāo kintu tumhārī samajhadārī nahīṁ chipa sakatī… vaha tumhārā bheda khola hī degī। Ayant reçu ce message, l’Empereur Akbar fut certain que Birbal était bien dans le village de Gokoulpoura. Il s’y rendit et en rencontrant les gens de l’assemblée du village, il demanda que quelqu’un lui dise qui était l’émetteur de cette annonce. Grâce à leur aide, l’Empereur arriva jusqu’à Birbal et, en le prenant dans ses bras, lui dit : « Birbal, cache-toi où tu veux, mais ton intelligence, elle, ne peut être cachée… c’est elle qui révélera toujours ton secret. »
bīrabala muskurākara raha gayā। Birbal était tout sourire.
1 Conseil de village composé de cinq sages