L’empereur Akbar et son vizir Birbal
cāra mūrkha

Quatre idiots
  Traduction : Sandrine Derien, Martine Gombert, Cécile Othello
bādaśāha akabara ne bīrabala ko ādeśa diyā ki vaha cāra mūrkho(n) ko eka saptāha me(n) darabāra me(n) hājira kare… aura vaha cāro(n) eka se baṛhakara eka hone cāhie. L’empereur Akbar ordonna à Birbal de présenter à la cour dans un délai d’une semaine quatre idiots, tous plus idiots les uns que les autres.
ādeśa milate hī bīrabala kā mūrkha khojo abhiyāna śurū ho gayā.
isī daurāna use eka ādamī milā jo ḍhera sārī miṭhāiyā(n) lekara tejī se calā jā rahā thā.
bīrabala ne use rokakara pūchā- “kyo(n) bhāī ! yaha miṭhāiyā(n) lekara kahā(n) jā rahe ho, kyā bāta hai?”
Sitôt l’ordre reçu, Birbal se lança à la recherche des idiots…
Entre temps, il rencontra un homme en train de marcher en toute hâte, ployant sous un tas de friandises
Birbal l’arrêta et lui demanda : « Alors frère ! Où vas-tu comme ça, portant ces douceurs ? Que se passe-t-il ? »
“merī patnī ko apane dūsare pati se putra utpanna huā hai, use badhāī dene jā rahā hu(n).” usane javāba diyā. « Ma femme vient d’accoucher d’un fils de son 2ème mari, je cours la féliciter » lui répondit-il.
bīrabala ko vaha ādamī mūrkha najara āyā aura use apane sātha le liyā. Aux yeux de Birbal, cet homme parut idiot et il l’emmena avec lui.
āge baṛhane para use eka aura vyakti dikhāī diyā jo svayaṁ to ghoṛī para baiṭhā thā aura ghāsa kā ḍhera apane sira para rakhā huā thā. Chemin faisant, il vit une autre personne qui elle était perchée sur une jument, un tas d’herbe juché sur la tête.
“bhāī! yaha ghāsa kā ḍhera tumane apane sira para kyo(n) rakhā hai?” « Frère ! Pourquoi ce tas d’herbe sur la tête ? »
“merī ghoṛī garbha se hai, sārā bhāra ghoṛī para na paṛe isalie khuda to ghoṛī para baiṭhā hu(n) aura ghāsa apane sira para rakha lī hai.” « Ma jument est pleine. Pour qu’elle ne souffre pas sous le fardeau, je suis assis sur elle et c’est moi qui porte l’herbe sur ma tête »
bīrabala ko vaha ādamī bhī mūrkha lagā aura usane use bhī apane sātha le liyā. Aux yeux de Birbal, cet homme aussi parut idiot et il l’emmena aussi avec lui.
agale dina prātaḥ bīrabala una dono(n) mūrkho(n) ko lekara darabāra me(n) upasthita ho gayā aura akabara se kahā- “jahāmpanāha, āpakī ājñānusāra mainne mūrkho(n) ko ekatra kara liyā hai.” Le matin suivant, Birbal présenta ces deux idiots à la cour et déclara à Akbar : « Ô Protecteur du Monde, j’ai rempli ma mission, voici les idiots. »
“kintu yaha to do hī haĩ, mainne to cāra lāne ko kahā thā.” « Mais il n’y en a que 2 au lieu des 4 demandés. »
“jahāmpanāha, darabāra me(n) cāro(n) mūrkha upasthita haĩ.” « Ô Protecteur du Monde, il y a bien 4 idiots présents à la cour. »
akabara ne hairānī se pūchā- “kahā(n) haĩ, mujhe to ye do hī dikhāī de rahe haĩ.” Akbar demanda, perplexe « Où sont-ils, moi je n’en vois que 2. »
“jahāmpanāha! do mūrkha to yaha ho gae, tīsare āpa haĩ jo mūrkho(n) ko ekatra karane ke lie kaha rahe haĩ, aura cauthā maĩ… jo mūrkho(n) ko ekatra kara rahā hu(n)” « Ô Protecteur du Monde ! Voilà bien les 2 idiots, le 3ème c’est vous qui m’avez demandé de les réunir et le 4ème, c’est moi qui ai accepté cette mission ! »
bīrabala kā javāba sunakara akabara ham̐sa diye. En entendant la réponse de Birbal, Akbar se mit à rire.