L’empereur Akbar et son vizir Birbal
buddhimāna

buddhimāna Intelligent
  Traduction : Sakina Safy
bādaśāha akabara ne bīrabala se kahā – “bīrabala kisī aise vyakti ko mere sāmane peśa karo jo sabase adhika buddhimāna ho।” L’Empereur Akbar dit à Birbal : « Birbal, présentez-moi l’homme le plus intelligent qui soit. »
“huzūra ke hukma kā pālana hogā.” bīrabala bīrabala ne javāba diyā। « L’ordre de votre altesse sera exécuté », répondit Birbal.
āgale dina prātaḥ usane gāya carāte hue eka gvāle ko pakaṛā aura use samajhā-bujhākara darabāra meṁ akabara ke sāmane peśa kara diyā aura kahā – “huzūra, āpake hukma kī tāmīla para maiṁ isa vyakti ko lāyā hū(n), yaha bahuta hī buddhimāna hai, āpa cāheṁ to parakha sakatae haiṁ।” Le lendemain, à l’aube, il attrapa un bouvier qui était en train de faire paître ses vaches, lui divulgua son projet, puis le présenta à la cour, devant d’Akbar, en disant : « Votre altesse, honorant votre ordre, j’ai amené cet homme. Il est très intelligent. Si vous voulez, vous pouvez le vérifier. »
bādaśāha akabara ne use parakhane ke liye use kucha savāla pūche kintu vaha hātha joṛe cupacāpa khaṛā rahā। yaha dekhakara akabara krodha se bīrabala se bole – “yaha tuma kise pakaṛa lāe ho, yaha to kisī bāta kā javāba hī nahīṁ de rahā।” Afin de le tester, l’Empereur Akbar lui posa quelques questions, mais ce dernier resta planté, debout, les mains jointes, taciturne. Voyant cela, furieux, Akbar dit à Birbal : « Mais qui est donc ce personnage que tu m’as emmené ! Il ne répond à aucune de mes questions. »
“huzūra yahī to isakī buddhimattā hai, isane apane buzurgoṁ se sunā hai ki rājā tathā apane se adhika buddhimāna vyakti ke sāmane cupa rahanā cāhiye, isaliye yaha āpake sāmane cupa hai।” bīrabala ne javāba diyā। « Votre altesse, c’est précisément là que réside son intelligence, il a entendu dire de ses aïeuls que devant le roi et devant un individu plus intelligent que soi, il faut rester réservé, voilà pourquoi il est silencieux devant vous », répondit Birbal.
bādaśāha akabara sārī bāta samajha gae। unhoṁne gvāle ko ucita ināma dekara mahala se vidā kiyā। L’Empereur Akbar comprit l’allusion. Il récompensa le bouvier dignement et le congédia du palais.