L’empereur Akbar et son vizir Birbal
aṁdhoṁ kī sūcī

aṁdhoṁ kī sūcī La liste des aveugles
  Traduction : Annie Heulin
bādaśāha akabara ne bīrabala se pūchā - “bīrabala hamāre nagara meṁ kitane aṁdhe hoṁge?” L’empereur Akbar interrogea Birbal : « Birbal, combien d’aveugles compterait notre cité ? »
jahāṁpanāha ginatī to mālūma nahīṁ kintu yaha yaqīna ke sātha kaha sakatā hū(n) ki aṁdhoṁ kī saṁkhyā ā(n)kha vāloṁ se adhika hai। « Maître du monde, leur nombre, je ne le connais pas, mais je peux vous assurer que ceux qui ne voient pas sont plus nombreux que ceux qui ont des yeux ».
bādaśāha akabara ko bīrabala kā javāba sunakara hairānī to huī para unhoṁne bīrabala ko aṁdhoṁ kī sūcī banāne ke liye kahā। bīrabala ne isake liye hāmī bhara dī aura eka saptāha kā samaya māṁgā jo bādaśāha akabara ne de diyā। L’empereur Akbar fut très étonné de la réponse de Birbal et il lui demanda de dresser une liste des aveugles. Birbal acquiesça et sollicita une semaine de délai, ce que l’empereur Akbar lui octroya.
bīrabala ne pā(n)ca dina to ghara para baiṭhakara ārāma kiyā aura chaṭhe dina bāzāra meṁ baiṭhakara jūte banāne lagā। bīrabala ko jūte banāte dekha jo bhī vyakti vahā(n) se guzaratā to pūchatā, “bīrabala yaha kyā kara rahe ho?” Birbal se retira chez lui durant cinq jours et se reposa. Le sixième jour, il alla s’installer sur la place du marché et se mit à fabriquer des chaussures. Apercevant Birbal en train de fabriquer des chaussures, tous les passants l’interrogeaient : « Birbal, que fais-tu là ? »
bīrabala sabhī ko adaba se javāba detā ki jute banā rahā hū(n) aura unake nāma pūchakara eka sūcī meṁ likha letā। Birbal répondait à tous très courtoisement : « Je fabrique des chaussures » et après leur avoir demandé leur nom, l’inscrivait sur une liste.
śāma ko bādaśāha akabara bhī usī bāzāra se hokara nikale to unhoṁne bhī bīrabala ko dekhakara pūchā - “bīrabala yaha kyā kara rahe ho?” Dans la soirée, l’empereur Akbar, lui aussi, passa par le marché et lui aussi, apercevant Birbal l’interpella : « Birbal, que fais-tu là ? »
“huzūra jūte banā rahā hū(n) ”। bīrabala ne javāba diyā aura akabara kā nāma bhī sūcī meṁ likha diyā। « Votre Honneur, je fabrique des chaussures ». Telle fut la réponse de Birbal et il inscrivit le nom de l’empereur Akbar sur la liste.
īsī taraha śāma ḍhalane taka lagabhaga sabhī loga bīrabala se yaha savāla kara cuke the aura bīrabala ne sabhī ke nāma likhakara eka bahuta hī laṁbī sūcī taiyāra kara lī thī। Ainsi jusqu’à la tombée du jour, presque tous les habitants de la cité avaient déjà posé cette question et après avoir inscrit leur nom, Birbal constitua une très longue liste.
sātaveṁ dina bīrabala darabāra meṁ hāzira huā aura vaha sūcī bādaśāha akabara ko sauṁpa dī। bādaśāha akabara ne jaba usameṁ apanā nāma bhī dekhā to cauṁkakara pūchā - “bīrabala isameṁ to hamārā nāma bhī hai? kintu maiṁ to aṁdhā nahīṁ hū(n)।” Au septième jour, Birbal se présenta à la salle d’audience et remit cette liste à l’empereur Akbar. Quand l’empereur Akbar vit son propre nom, interloqué, il demanda : « Birbal, là, je vois aussi mon nom ? Mais moi, je ne suis pas aveugle ! »
“huzūra! yaha sūcī una logoṁ kī hai jo mujhe cauka para jūte banāte hue dekha kara bhī yaha pūcha rahe the ki maiṁ kyā kara rahā hū(n), aura huzūra āpane bhī to yahī savāla kiyā thā, aba āpa sociye ye saba loga aṁdhe hue na।” « Votre Honneur, c’est la liste des noms de tous ceux qui, sur la place, même en me voyant fabriquer des chaussures me demandaient ce que je faisais. Et, Votre Honneur, comme les autres, vous aussi, vous m’avez posé cette question. Voyons, tous ces gens-là sont bien aveugles, n’est-ce pas ? »
bīrabala kā javāba sunakara bādaśāha akabara ko mahasūsa huā ki vākaī sabhī aṁdhoṁ ke samāna hī haiṁ। unhoṁne bīrabala kī buddhimattā kī tārīfa kī। En entendant la réponse de Birbal, l’empereur Akbar réalisa qu’en effet, tous ces gens-là sont comme aveugles ! Il fit alors des éloges de la clairvoyance de Birbal.