Affiche du film Black
Écoutez les chansons de Black sur Music India Online

Dialogues du film
Black

Lire le synopsis et regarder la bande annonce du film sur AlloCiné .

Cet extrait se situe vers le début du film. C’est un dialogue entre Debraj et Mme Nair.

Black Black
Sanjay Leela Bhansali, Bhavani Iyer Traduction : Eva Koffi
– Ah! Mrs. Nair! Come into the light! Ah, ah, ah… – Ah ! Mme Nair ! Venez dans la lumière ! Ah, ah, ah…
– abhī abhī tumhārī ā(n)khoṁ kā ôpareśana huā hai tum yaha bujhate hue balba ko hātha meṁ le kara kyā kara rahe ho? – Que faites-vous ? Vous venez juste de subir une opération des yeux. Que faites-vous avec cette ampoule grillée à la main ?
– This balba is dying Mrs. Nair, I need to stand by it. You mind? It’s… It’s dying. – Cette ampoule est en train de mourir Mme Nair, je dois rester près d’elle, vous permettez ? Elle… elle est en train de mourir.
– You’ve been drinking again all day, haven’t you Debraj? – Vous avez encore bu toute la journée, n’est-ce pas Debraj ?
– No, no rauśanī ke liye sahī sign ḍhūṁḍha rahā hū(n) for my deaf and blind children. Jinakī rauśanī unase china gaī hai. Light…Light… Light… Light! – Non, non, je cherche un signe correct pour la lumière pour mes élèves sourds et aveugles, ceux qui sont privés de lumière ! Lumière… lumière… lumière… lumière !
– Just spell it Debraj L.I.G.H.T, light! – Épelez-le tout simplement Debraj, L.U.M.I.E.R.E, lumière !
– Ah! The difference between a teacher and a magician! – Ah ! c’est toute la nuance entre un professeur et un magicien !
– You make me so angry sometimes! – Parfois vous me mettez tellement en colère !
– Angry… Angry… – Colère… Colère…
– Oh stop this bullshit! – Oh ! Arrêtez ce charabia !
– Bullshit… Bull… Bull… Bull…Shit… Shit… – Charabia, cha… cha… ra… bia…
– tumhārī ina bātoṁ ke liye mere pāsa vaqta nahīṁ hai। I have some very important news for you. – Je n’ai pas le temps pour écouter ces bêtises. J’ai une très importante nouvelle pour vous.
– Three guesses, agara yaha merā ṭarmineśana leṭara hai to vaha rahā kapparḍa tīsare drawer meṁ ise vahā(n) rakha dījie। yā phira merī office salary hai to yahā(n) merī jeba meṁ aura agara yaha hai isa kamare ko khālī karane kā notice to ise phāṛake dustbin meṁ pheṁka dījie। And on your way to any of this Mrs. Nair, could you please fetch me my… eye drops… from that table over there? Thank you. – J’ai trois hypothèses : si c’est ma lettre de licenciement, alors, mettez-la dans le troisième tiroir là-bas ! Ou alors, si c’est mon bulletin de salaire, alors mettez-le ici dans ma poche, et si c’est un avertissement pour quitter cette chambre, alors jetez-la dans la poubelle. Et pendant que vous faites l’une de ces trois choses, pouvez-vous aller chercher… mes gouttes pour les yeux qui sont là-bas, sur la table ? Merci !
– You may have three guesses Debraj, but You have only one choice, this letter. āṭha sāla kī baccī śimalā meṁ, Miśôla dekha nahīṁ sakatī, suna nahīṁ sakatī aura use mā(n)-bāpa use samajha nahīṁ sakate। yaha unakī ākhīrī kośiśa hai debarāja। yā baccī asylum jāegī। You are the best teacher I know. She needs a teacher, You need a job. Look up! – Vous pouvez faire trois hypothèses, Debraj, mais vous n’avez qu’un choix, cette lettre ! Michèle, une enfant de huit ans, à Shimla : elle est sourde et aveugle et ses parents n’arrivent pas à déchiffrer ce qu’elle dit. C’est leur dernière tentative, Debraj, ou ce sera l’asile pour cette enfant. Je sais que vous êtes le meilleur professeur. Elle a besoin d’un professeur, vous avez besoin d’un emploi ! Levez les yeux !
– Ah! What do you see in this eye, Mrs. Nair? – Ah ! Que voyez-vous dans cet œil, Mme Nair ?
– A great love for me! – Un grand amour pour moi !
– You need to get your eyes checked! And this one? – Vous avez besoin de vous faire examiner les yeux ! Et dans celui-ci ?
– kucha nahīṁ। – Rien du tout !
– miśôla nāma batāyā thā na tumane? Miśôla…Mujhe saba kucha sāfa dikhāī de rahā hai। eka suṁdarī subaha barfīle raste। Aura vaha choṭī-sī laṛakī pavana kī taraha śarāratī diśāhīna। maiṁ use śabda kī paṁkha dūṁgā misa nayāra use uṛanā sikhāū(n)gā maiṁ… – Vous avez dit qu’elle s’appelait Michèle, n’est-ce pas ? Michèle… Je peux tout voir clairement… une belle matinée, les rues enneigées et cette petite fille qui, tel le vent, est malicieuse, sans direction. Je lui donnerai des ailes faites avec des mots Mme Nair, je lui apprendrai à voler (de ses propres ailes)…
– tuma sirfa eka acche teacher ho magician nahīṁ। khuda kī ziṁdagī sa(n)vāra nahīṁ sake aura dusaroṁ kī ziṁdagī badalane cale! – Vous êtes juste un bon professeur, pas un magicien ! Vous ne pouvez pas améliorer votre propre vie et vous voulez changer celle des autres !
– kyā huā? ākhoṁ meṁ darda huā? – Qu’est-ce qu’il y a, vous avez mal aux yeux ?
– ākhoṁ meṁ nahīṁ misa nayāra! Īdhara… yahā(n)… dila meṁ, dila meṁ. – Non, pas aux yeux Mme Nair, ici… là, au cœur, au cœur !
– Debarāja! – Debraj !
– tumhārī kaṛavī bāteṁ suna kara… Mujhe yahā(n) darda hotā hai misa nayāra! ziṁdagī ke tīsa sāla isa skūla meṁ guzārane ke bāda bhī āja maiṁ eka anadekhā anasunā ahasāsa banakara raha gayā। basa eka ahasāsa। It hurts kī jāte jāte ākhīra bāra jaba maiṁne skūla kī tarafa palaṭakara dekhā mere students, my students ġalata diśā meṁ, mujhe good bye uṛa rahe haīṁ। Waving to me in the wrong direction Mrs. Nair! Ah, ah, ah… Oh! It hurts, it hurts, it hurts. – En entendant vos amères paroles j’ai mal ici, au cœur, Mme Nair. Ça fait mal, ça fait mal, CA FAIT MAL ! Même après avoir passé trente ans de ma vie dans cette école, aujourd’hui, je ne suis qu’un être ignoré, incompris, juste une ombre. Ce fut douloureux, le dernier jour, lorsqu’en partant, je me suis retourné pour regarder vers l’école, mes étudiants, oui, mes étudiants me faisaient un signe de la main dans la mauvaise direction ! Ils me disaient au revoir du mauvais côté Mme Nair, ah, ah, ah …Oh ! Ça… ça… ça fait mal !